top of page

Covid-19, la nature reprend ses droits !

Dernière mise à jour : 1 févr. 2021

L’humanité est plongée dans le désarroi total, la peur envahie les visages. Riches, pauvres, puissants, faibles, religieux, athées, personne n’est épargnée. Qui aurait imaginé que 2020 serait une cata ? D’ailleurs certains pleins d’humours pensent à retourner en 2019 tandis que d’autres veulent complètement désinstaller 2020, quelle ironie ! Covid-19, coronavirus, ces deux mots sont sur toutes les lèvres, jeunes, vieux, salariés, chômeurs, artisans, pour ne pas dire le monde entier. Si certains pays voyaient la Chine berceau de cet ennemie invisible très loin de leurs frontières c’est parce que leurs conforts pour ne pas dire leurs insouciances ou encore mieux leurs ignorances, leurs conditionnaient de penser que le virus n’arrivera pas jusqu’à eux. Hélas, le monde est un tout petit village.

A l’heure actuelle, près de 3 milliards d’êtres humains restent confiner et ce chiffre sera probablement à la hausse dans les jours à venir. L’économie mondiale est au plus bas, dans certains pays il faut remonter plus d’une dizaine voire centaine d’année pour observer un tel désastre économique. « Le protocole du covid-19 » est-il plus puissant que celui de Kyoto ? En tout cas la nature apprécie beaucoup alors que l’humanité paie lourdement avec des pertes humaines très importantes.

Dès le début du confinement, des images prises un peu partout dans le monde présage un grand répit à la planète. Des animaux qui errent dans les rues de grandes villes comme Barcelone, en Inde, un puma a été aperçu en chil, bref un peu partout où le calme règne en maître.

Un mal pour un bien ? À Venise, alors qu’actuellement l’Italie est le pays le plus touché, la fin des ballets incessants des bateaux et gondoles, l’absence de touristes dans les ruelles pour ralentir la pandémie a permis d’observer les eaux limpides du Grand Canal mais aussi a réduit considérable la pollution des eaux. Selon le quotidien vénitien, La Nuova di Venezia e Mestre, la cité des Doges aurait retrouvé la pureté de ses canaux, auparavant troubles et pollués.


Et c’est n’est pas tout, le service européen Copernicus a indiqué récemment une baisse importante des concentrations en dioxyde d’azote, responsable de beaucoup de maladies respiratoires et au dérèglement climatique, dans l’atmosphère. Des images satellites de la ville de Wuhan en chine ont montré aussi la même tendance. Avec l’arrêt des usines, la réduction du trafic automobile, l’air devient de mieux en mieux respirable. Pour aller plus loin, dans un communiqué Fei Liu, chercheuse sur la qualité de l'air au Goddard Space Flight Center de la Nasa a déclaré que "c'est la première fois que je constate une baisse aussi spectaculaire sur une zone aussi large pour un événement spécifique". Et le chef de projet de l’ESA, Claus Zhener, d’ajouter que le NO2 a baissé de 40 % lors de la quarantaine.

D’après les chercheurs, le NO2 réagit aux autres produits chimiques présents dans l’air pour former des particules fines. Et l’étude montre aussi qu’une baisse de la production de particules fines a eu lieu en Chine pendant la quarantaine.


Référence :

https://www.esa.int/Space_in_Member_States/France/COVID-19_le_dioxyde_d_azote_au-dessus_de_la_Chine

34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Les internautes relèvent une augmentation excessive de temps connectés en ligne tout le long de la journée. Même dans les moyens de transport en commun, on remarque de plus en plus des usagers qui ont

bottom of page